Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 18:16

Emprunt médiathèque

4e de couverture: "La peine de substitution

ou Comment Merci Zylberajch entra en politique.

Bredenne, dans la Marne. 9 974 habitants et presque autant d'âmes.

On parie combien que vous ne connaissez pas?

Faut dire aussi: entre Disneyland Paris et Bredenne, le choix est vite fait. Un peu trop vite, peut-être... Merci Zylberajch, bientôt 16 ans et gothique jusqu'au bout des ongles, a commis des actes répréhensibles, comme on dit. Elle n'était pas seule, mais elle a décidé de porter le chapeau. Ses actes n'en méritent pas moins une sanction, d'autant qu'elle n'en est pas à son coup d'essai. Encore faut-il décider quelle sanction! C'est pour cela que l'Etat français paie le juge des enfants Sébastien Pirlot. Un juge un peu... olé-olé, si vous voulez mon avis. Pirlot ignore encore qu'en condamnant Merci à une peine de substitution, il va offrir à de nombreuses personnes... une joie de substitution."

Mon résumé: Rien de plus à dire.

Mon avis: Une petite BD que j'ai emprunté, comme ça, à la médiathèque, sans trop savoir si ça allait me plaire. Je l'ai choisi d'abord pour le titre puis pour le résumé sur le 4e de couverture, lu en vitesse.

Et finalement, bah, je ne regrette pas. Les auteurs montrent si bien que les ados sont désœuvrés mais que, parfois, ce n'est pas de leur faute mais de celles des adultes et notamment des hommes politiques qui ne s'intéressent pas à eux.

Très vite, Merci le dit elle-même au juge et, de là, nait l'idée de celui-ci de lui faire faire une sorte de TIG (Travaux d'Intérêt Généraux) à la mairie et de là des idées vont naitre, soutenues ou non par les conseillers municipaux et le maire. Elle va aller à la rencontre des habitants, se balader, découvrir un poète de le ville et, finalement, proposer un festival de poésie.

Evidemment, les lieux et les personnages sont fictifs mais montrent bien que les ados, quand on leur donne le bon environnement (coucou aux amis de la JOC ou de Coexister ^^), savent faire preuve d'initiatives ou d'idées, les concernant ou concernant tous les habitants. 

Le personnage principal est vraiment une ado lambda (gothique, taguant la maison de son prof de maths, etc.) mais qui sait avoir les idées qu'il faut au bon moment. Les hommes et femmes politiques sont des caricatures mais des caricatures sympa à lire sauf peut-être le maire (qui semble être aussi le prof de maths dont Merci et ses amis ont tagué la maison mais je ne suis pas sûre de ça). Les parents et grands-parents aussi sont sympa à lire, que ce soient ceux de Merci ou ceux de ses amies.

Bref une BD fictive mais si pourtant si réelle et que pas mal de gens devraient lire pour ne pas oublier que les ados sont de futurs électeurs en puissance!

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 10:24

Emprunt médiathèque

4e de couverture: "Ils ont vu, un jour, des horreurs qu'on ne devrait jamais voir. Puis ont laissé l'oubli faire son œuvre. Mais pour être un homme, au sens plein du terme, se souvenir est vital - même un quart de siècle plus tard.

Voici donc l'histoire d'un retour sur soi.

Chaotique, exigeant, difficile. Bouleversant."

Mon résumé: Cette BD raconte l'histoire de plusieurs hommes qui tâchent de se rappeler la guerre au Liban dans les années 80 et notamment le massacre de Sabra et Chatila où ont été exécutés des réfugiés palestiniens civils. C'est notamment le récit d'Ari Foldman qui tâche de se rappeler les évènements.

Mon avis: Je connais cette BD (créée à partir des dessins préparatoires du film du même nom) depuis déjà plusieurs années mais je ne l'avais encore jamais lue.

Et évidemment, je ne regrette pas de l'avoir lu.

Elle est très bouleversante, en effet, comme le dit la 4e de couverture. Les scènes décrites par Ari et les autres personnages auprès desquels il tente de se rappeler sont très dures mais superbement bien illustrées, dans les couleurs qui vont bien (des couleurs plutôt sombres mais pourtant qui ne perturbent aucunement la lecture).

On a parfois du mal à suivre qui est qui mais, facilement, en tournant les pages ou en recherchant bien, on retrouve et c'est tant mieux.

Le récit se fait peu à peu et on arrive peu à peu au plus dur, le massacre de ces civils. On se demande si le personnage y a participé ou non, s'il y était ou non... Le suspens est bel et bien là, quoi!

Et les photos que l'on voit à la fin du livre, les photos du massacre (qui a bel et bien eu lieu dans les années 80) sont très dures à voir mais collent bien avec les dernières images de la BD.

Maintenant, il me reste à voir le film!

(Bande-annonce ici: http:// www.youtube.com/watch?v=93ES0iBnn4M )

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 14:15

Emprunt médiathèque

4e de couverture: "Eux, ces gens-là, les autres, toujours à râler, se plaindre, changer d'avis, pleins de bons sentiments, égoïstes, trop riches, trop pauvres, pédants, incultes, paumés, comme vous, comme nous, comme moi…"

Mon résumé: Une petite BD de strips (BD d'une page) sur la vie actuelle à travers divers personnages qui parlent de politique, de racisme, de la société, etc.

Mon avis: Une petite BD empruntée, comme ça, à la médiathèque. Déjà, je cherchais un truc qui me changerais un peu mais dont les graphismes me plairaient et j'ai mis un peu de temps à trouver cette BD dans les rayons.

Les graphismes sont minimalistes mais on se représente pourtant bien les gens et les personnages, qui reviennent souvent d'un strip à l'autre. Parce qu'ils sont censés, justement, représenter tout le monde, quelqu'il soit ( pauvres, riches, jeunes, vieux, "gauche", "de droite", etc.)…

La société d'aujourd'hui y est donc bien représentée et on peut se retrouver dans une ou plusieurs strips! On lit ça vite, on ne se soucie plus du temps et on essaye de se dire si on est + ou - tel personnage. Dans n'importe quel strip.

J'ai bien aimé donc!

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 10:53

Emprunt médiathèque

4e de couverture: "Marguerite a 27 ans et à première vue, rien ne la distingue des autres. Elle est joli, vive et intelligente. Elle travaille dans une grande entreprise, vit en couple... Pourtant, elle est différente et lutte chaque jour pour préserver les apparences. Lassée de se sentir en permanence décalée,  elle décide un jour de partir à la rencontre d'elle-même; sa vie va d'en trouver profondément modifiée."

Mon résumé: Rien de+ à ajouter!

Mon avis: Cette BD est magnifique et explique très bien ce que peut ressentir une personne qui découvre qu'elle a un handicap et/ou qu'elle est différente à l'âge adulte. Je souffre moi-même d'un handicap invisible (pas le même que l’héroïne de la BD qui est, comme on le découvre peu à peu, autiste Asperger): la dyspraxie. Et je me suis beaucoup reconnue en elle et dans sa démarche de vouloir savoir qui elle est et ce qu'elle a.

De plus, les couleurs aident bien à comprendre, dès le départ, que quelque chose est différent chez Marguerite, sans qu'elle sache quoi. Le rouge est très bien utilisé pour quand elle se sent mal ou que les autres parlent d'elle dans son dos, se moquent d'elle, etc. Et aussi quand elle se sent oppressée, qu'il y a trop de bruits... Elle ne comprend pas les intentions de son voisin, a du mal avec le second degré, a du mal avec son copain...

Petit à petit, elle va comprendre que ça va mal et chercher si elle ne serait pas autiste Asperger. Elle va aller sur des forums, voir plusieurs psys, aller au CRA (Centre de Ressources sur l'Autisme) et le diagnostic finira par être fait, ce qui changera sa vie. Elle se rendra compte que la boulangère aussi a des troubles, elle gardera ses vrais amis/proches... Et elle changera de boulot pour parler de sa vie en BD.

Étrangement, même si ce n'est pas la même maladie/le même handicap, sa vie et comment elle a été diagnostiqué, ça m'a parlé, ça m'a touché, car j'ai vécu quasiment les mêmes choses quand j'ai été diagnostiquée dyspraxique à mes 18/19 ans. Je pense que cette BD pourra parler à toutes les personens qui se sentent malades, handicapés ou hors de la société et d'ailleurs même l'auteur dédie la BD aux "déviants" qui ne sont pas dans les normes de la société.

Je sais que cette BD est assez connue mais j'en recommande la BD au plus grand nombre!

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 17:58

Emprunt médiathèque

4e de couverture: "CE QU'EN DIT POSY:

"Ces chroniques ont paru chaque samedi entre 2002 et 2005 dans The Guardian Review, supplément littéraire du célèbre quotidien britannique.

Ma seule consigne était que tout devait tourner autour de la vie des lettres.

Je travaillais en flux tendu- recherche d'une idée le lundi, fol espoir de l'avoir trouvée le mardi, et le mercredi, jour de remise, frénésie de travail matinal, en robe de chambre parmi les miettes de toast. Puis à 11 h 50, courses jusqu'aux bureaux du journal, au bout de la rue (mais pas en robe de chambre) pour livrer ma planche. Le reste du mercredi était en génrale consacré à un lunch bien mérité."

Mon résumé: Chroniques littéraires en BD, sur une planche chacune ou quelques planches chacune.

Mon avis: Une BD empruntée au hasard à la médiathèque (la même que celle des derniers livres, ouioui). Evidemment, ce qui m'a attiré, c'est le titre qui parle de littérature.

Et que dire? Eh bien, tous les métiers du monde littéraire sont assez bien représentées ici: auteurs, lecteurs, libraires (qui font face à de nouveaux types de libraires qu'on pourrait comparé à la FNAC, aux Leclerc, etc.), éditeurs...

Y'a même des "gags" récurrents comme le Docteur Derek ou Rick Raker, l'agent spécial... Agent d'auteur évidemment mais qui ressemble à un vrai gant spécial. Idem: le docteur soigne plutôt ce que les auteurs écrivent ou leur ego ou autre mais il est habillé comme une vrai docteur et a même une infirmière.

C'est satirique, drôle, humorisstique... Mais, quand on connait le monde des livres, même juste un pue, c'est si vrai.

Et puis y'a même une page où une jeune fille décrit Harry Potter à des petits vieux au début... Si avec ça j'avais pas envie de lire la suite, bah, je me demande bien ce qui m'en aurait donné envie^^!

L'auteir a écrit deux autres BD: Gemma Bovery et Tamara Drewe (adaptées au cinéma: https://www.youtube.com/watch?v=35ThVHCUxXE et https://www.youtube.com/watch?v=Zz2CTGjqZSk ) que je lirais sûrement un jour, en tous les cas!

 

Partager cet article
Repost0
29 février 2020 6 29 /02 /février /2020 13:50

Emprunt médiathèque

4e de couverture: 

"Parce que changer de regard sur le handicap,

c'est déjà changer de comportement!

Qui ne s'est jamais interrogé sur le comportement qu'il était censé adopter avec une personne handicapée, en particulier dans le cadre professionnel? Eviter ou surprotéger? Discriminer ou favoriser?

Y'a pas de malaise!, réalisé par des artistes de renom, pose un regard décalé, parfois irrévérencieux, drôle le plus souvent, sur les relations entre handicapés et valides. Chacun ayant ses propres contraintes, et ses propres compétences..."

Mon résumé: Rien de + à ajouter.

Mon avis: Oui, on dirait que, en ce moment, je suis très centrée "handicap". Il faut dire que, même si ça ne se voit pas, je suis moi-même handicapée et que le sujet du handicap au travail me préoccupe donc beaucoup.

Cette BD est géniale: elle aborde divers handicaps (surdité, dépression, gens en fauteuil...) et la façon dont on aborde les personnes en situation de handicap au travail.

Mon seul regret: que ça n'aborde que des handicapés qui vont travailler dans des entreprises dites "ordinaires" et pas ceux qui travaillent en ESAT ou en entreprise dites "adaptées" (comme moi).

Point positif cependant: la dernière BD est réalisée par un jeune auteur de BD autiste nommé Charles ;) !

 

Partager cet article
Repost0
29 février 2020 6 29 /02 /février /2020 13:37

Emprunt médiathèque

4e de couverture: "ENTRER A L'ECOLE,c'est effrayant.. Imaginez qu'en plus vous soyez un enfant un peu différent! La petite Cece Bell est sourde. Elle porte un appareil auditif en bandoulière relié à un micro tenu par sa maîtresse. Un drôle de truc, très efficace pour écouter en classe, mais aussi pour faire fuir tout ami potentiel!

C'est alors que Cece fait une découverte extraordinaire. Son appareil est si puissant qu'elle entend sa maîtresse dans toute l'école: en salle des professeurs, chez le directeur, dans le couloir et même aux toilettes.

Cece comprend qu'elle a un pouvoir magique: la super-ouie. Son appareil la transforme en super-héros: Super-Sourde, alias Celle-qui-entend-tout. Grâce à lui, elle part à la conquête de la chose la plus précieuse au monde: une véritable amie...

Cette bande dessinée autobiographique, si drôle et si juste, sur une petite fille sourde est aussi un livre inoubliable sur l'enfance et toutes ses super-difficultés."

Mon résumé: Rien de + à ajouter.

Mon avis: Une magnifique BD sur l'enfance et ses difficultés. Certes, l’héroïne est une petite fille sourde qui découvre très vite, après être entrée à l'école, qu'elle peut entendre, grâce à son appareil auditif, sa maîtresse partout. Elle se laisse alors dans des rêves où elle deviendrait Super-Sourde. Mais elle recherche aussi ce que tout enfant veut: des amis, des vrais.

Le dessin est très sympa même si très enfantin. Le fait de se dessiner comme des lapins est génial. De toute façon, chacun est quand même reconnaissable. Et c'est parfait. Et le fait que ce soit autobiographique renforce le fait que l'histoire soit si facile à lire et à comprendre.

Pour ma part, ça m'a rappelé mon enfance et mon adolescence, passée à la recherche de vrais ami(e)s. Et ce même si je ne savais même pas encore mon handicap.

Je recommande fortement!

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2020 1 03 /02 /février /2020 10:46

Emprunt médiathèque

4e de couverture: "Elle était dans ma classe. Quatrième D. D comme déconne, délire, débile, dévergondé, début, douleiur, douceur aussi. Il y avait tout ça, chez nous. Des pimbêches qui riaient trop fort, des timides, des bébés sages, des filles toutes fières de se comporter en femmes et des garçons qui ne savaient plus comment fonctionnaient leurs mains et leurs pieds. Il y avait aussi les Jade et les Benjamin, les bons copains, toujours là en cas de coup de blues à la récré, toujours prêts à refaire le monde et jouer aux cancres au lieu d'aller en perm.

Mais il n'y avait qu'une Layla."

Mon résumé: Rien de + à ajouter.

Mon avis: Une petite BD toute douce et très sympa à lire.

Déjà le thème traité (les amours et notamment l'attirance lesbienne) est très subtilement amené au fil du livre. Les deux jeunes ados ne se connaissent pas au début de la BD mais, peu à peu, elles apprennent à se connaître et la narratrice tombe peu à peu amoureuse de cette nouvelle amie, que le théâtre a rapproché.

Mais celle-ci tombe amoureuse d'un garçon durant des vacances et la narratrice en est déçue. Mais très vite elles se retrouvent. Et, à la fin, après avoir mangé des fraises Tagadas, ces bonbons qu'elles aiment tant, elles s'embrassent car Layla veut embrasser le garçon. Hélas, la toute fin ne sera pas celle qu'on pourrait croire...

Les dessins sont aussi tout doux et très mignons, un peu comme des bonbons.

Sinon, petite anecdote: quand je l'ai emprunté, la bibliothécaire qui me l'a fait passé en prêt a dit qu'ils avaient plusieurs livres/BD dans le même style et que ça permettait d'aborder un sujet en douceur avec un ado'. J'ai pas osé lui dire que je n'avais pas d'ado et que c'était pour le lire moi-même...

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2020 1 03 /02 /février /2020 10:27

Lu dans le cadre du Bookclub de Mx Cordélia

4e de couverture: "Deux garçons.

Une rencontre.

Un coup de foudre amical... ou amoureux?"

Mon résumé: Nick et Charlie se rencontrent au lycée. Charlie est un rugbyman sympa et plein d'ami. Nick est un musicien solitaire et gay. Peu à peu, Nick tombe amoureux de Charlie qui est, semble-il, hétéro. Comment cela va-il se finir...?

Mon avis: J'ai lu cette BD dans le cadre du Bookclub de Mx Cordélia. Et j'ai bien aimé. 

C'est plutôt bien écrit et bien développé. On suit les deux lycéens et leurs amis durant plusieurs mois (de janvier à avril). On voit leur relation évoluer, on les voit évoluer, on voit leurs amis se poser des questions...

Et puis les personnages sont plutôt bien développés et mignons.

La suite est disponible en anglais sur Internet mais je pense la lire en français dès sa sortie ;) !

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2019 4 19 /12 /décembre /2019 10:19

Emprunt médiathèque

4e de couverture: "Les sept péchés capitaux, Truffaut, Scorcese, Berlin, le Canada ou encore DSK...

Ce "bizarrama", c'est un bazar de thématiques passées au shaker loufoque de Marion Montaigne; Elle nous explique pourquoi Belzébuth est déprimé, comment le Père Noel se crashe en traîneau et quelle était la véritable destination de l'arche de Noé.

Un voyage culturel drôle, varié et délirant!"

Mon résumé:  Un recueil de BD drôles sur divers thèmes (les sept péchés capitaux, l'Australie, Berlin,Noel, etc.)

Mon avis: Une nouvelle BD empruntée à la médiathèque, juste comme ça, car le titre m'attirait.

Et, étrangement, malgré l'humour très décalé, bah, j'ai bien aimé! L'auteur a d'abord posté ses BD dans le magazine d'Arte "Personne ne bouge" et on a le droit à une préface qui nous explique ça. Puis on entre dans le vif du sujet. Il faut aussi savoir que chaque petite BD est précédée d'une petite citation bien drôle. Puis la BD, souvent drôle mais irrévérencieuse, arrive.

L'auteur se moque de tout, même de la religion (il faut savoir que je suis catholique),. D'habitude, je hais ce genre d'humour noir. Pourtant, là, j'ai ri à tout, même aux BD qui se moquent de la religion.

Bref un recueil de BD assez sympa' que j'ai adoré alors que je n'en attendait rien de spécial!

 

Partager cet article
Repost0