Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 13:18

Attention, livre avec des Trigger Warnings (TW):

-Suicide,

-viol

-pédopornographie,

-violence

-scarifications,

etc.

4e de couverture: "Ils sont quatre amis de fac, et ils ont décidé de conquérir New York: Willem, l'acteur à la beauté ravageuse; JB, l'artiste peintre, aussi ambitieux et talentueux qu'il peut être cruel; Malcolm, qui attend son heure dans un prestigieux cabinet d'architectes, et Jude, le plus mystérieux d'entre eux, celui qui, au fil des années, s'affirme comme le soleil noir de leur quatuor, celui autour duquel les relations s'approfondissent et se compliquent cependant que leurs vies professionnelles et sociales prennent de l'ampleur.

Epopée romanesque d'une incroyable intensité, chronique poignante de l'amitié masculine contemporaine, Une vie comme les autres interroge aussi nos dispositions à l'empathie et notre façon d'endurer la souffrance, la nôtre comme celle d'autrui. "

Mon résumé: La vie de quatre jeunes amis qui se sont connus à la fac: Jude, Willem, JB et Malcolm. On les suit de la fac jusqu'à leur vie adulte, à New York. Et on suit notamment Jude qui n'a pas du tout eu une vie facile et qui n'a, notamment, pas eu une enfance facile.

Mon avis: Livre lu dans le cadre d'une lecture commune pour le groupe Facebook Batmanon. Et, comme beaucoup de monde, il m'a secoué. Déjà par sa longueur mais aussi par la vie horrible vécue par Jude.

Et, pourtant, à côté des nombreux malheurs de Jude, on voit aussi plein de bonheur.

Et puis le titre intrigue. On nous parle de vie comme les autres: pourtant, les quatre héros principaux ne vivent pas des vies communes, de part leur côté artistes, architectes, etc. Mais on peut quand même se reconnaitre en eux, dans leur bons ou leurs mauvais moments.

C'est très bien écrit mais c'est compliqué à lire, de par les sujets (voir les TW au début de ma chronique) et le fait qu'on change très souvent de point de vue (chacun des quatre personnages principaux et, à un niveau moindre, un autre personnage qui écrit des chapitres avec un narrateur qui écrit à la première personne). Mais ça se lit vite, l'auteure écrit cela très bien et c'est très fluide!

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 10:46

4e de couverture: Rien de spécial

Mon résumé: Une histoire du célèbre détective Hercule Poirot. Dans  celle-ci, le détective Belge est face à u  certain ABC. Ce dernier commet des crimes dans plusieurs villes d'Angleterre, en commençant par Andover (ville de la lettre A) où il tue une vieille femme dont le nom de famille commence par A. A chaque meurtre on trouve un guide ABC des chemins de fer sur les lieux du crime et Hercule Poirot reçoit une lettre peu avant, indiquant la date et le lieu du crime.

Mon avis: Comme tout le monde, je connais, au moins, de nom le détective Hercule Poirot. Mais, bien que grande fan de livres policiers (de tout genre: polars, thrillers, etc.), je n'avais, je crois, jamais lu encore de Hercule Poirot. J'en avais même oublié que c'était Agatha Christie qui avait créé le personnage, c'est vous dire comment je connaissais le personnage mais pas l'œuvre.

Et pourtant, même si c'est pas la première histoire avec le célèbre détective qu'elle ait écrite, j'ai été prise par l'histoire, les personnages, l'intrigue.

Le fait que l'histoire soit racontée par le capitaine Hastings, ami d'Hercule Poirot, qui était avec lui lors de cette affaire, permet de lire une histoire où le narrateur est impliqué dedans.

Mais il y a un petit plus: le fait que certains chapitres parlent de la vie d'un certain Alexandre Bonaparte Cust. Car cela fait penser, tout du long, que c'est lui le fameux "ABC", l'auteur des lettres et des meurtres. Cela implique le lecteur dans la lecture, le poussant à se demander si c'est bien lui le meurtrier.

Comme c'est une histoire d'Hercule Poirot, on se doute bien que non ce n'est pas lui et cela nous surprend quand même quand on apprend qui est le vrai meurtrier et comment tout cela a été organisé (je ne spoilerais rien, lisez le livre pour comprendre ;) ) .

Je suis une grande fan de Fred Vargas ou encore de Mary Higgins Clark mais je pense que je vais lire d'autres Agatha Christie dans les prochains mois ou les prochaines années pour voir si ça me plait toujours autant...

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 09:56

4e de couverture: "S'affranchir de sa souffrance, de ses peurs, changer de vie... mais surtout, devenir enfin elle-même, Eléa en rêve.

Sur la côte landaise, elle s'isole quelques jours pour trouver la force de décider de son destin, loin des diktats sociaux, de l'avis et du jugement des autres.

Pourtant, sa rencontre avec Farès va mettre à l'épreuve sa détermination et la pousse à nouveau vers la facilité de vivre sous la dépendance de quelqu'un.

Par amour, Eléa nage ainsi à contre-courant de ce qu'elle aspire à être vraiment, au risque de définitivement se perdre.

Avant qu'il ne soit trop tard, Elea parviendra-t-elle à s'affirmer et à reprendre sa vie en main?"

Mon résumé: Rien de+ à ajouter!

Mon avis:  J'ai déjà lu plusieurs livres d'Anais W. ,comme vous le savez. Et évidemment, j'aime toujours autant cette auteure.

Dans ce livre, on suit donc Eléa, une jeune femme d'une vingtaine/trentaine d'années. Elle a un boulot de rêve à Paris, un appartement en colocation avec une amie sympa, des collègues sympa... Pourtant, quelques jours de vacances sur la côte landaise vont lui faire du bien et elle va revenir à Paris en se demandant si la vie parisienne est si belle...

Mais, avant de partir, elle avait rencontré Farès, par pur hasard et ce dernier a chamboulé sa vie et ses éventuels projets de vie dans le Sud.

Le sujet de ce livre n'est pas, cette fois, forcément un sujet fort. Mais un sujet qui va, je pense, parler à pas mal de monde: l'acceptation de soi et ses projets sans forcément dépendre des autres et de ce qu'ils pensent de nous.

En effet, Eléa se raccroche trop au passé et aussi à ce que les autres lui apportent, que ce soient sa coloc', Farès (et évidemment la petite romance qui va aller avec^^), son ex, etc. Elle pense peu à elle et à ce qu'elle veut, se laissant submerger par ses émotions présentes (et passées) et par le réconfort ou autre que lui apporte les autres.

Bien évidemment, je ne suis pas dans la même situation qu'Eléa mais je me suis, pourtant, reconnue en elle un minimum: dans ses doutes, ses questionnements, le fait de se dire que ce que voient les autres n'est pas ce que nous voyons nous-même... Quand j'étais collégienne, ces questionnements ont fait partis de moi à cause du harcèlement scolaire que je pouvais subir à ce moment-là. Evidemment, depuis, ça va mieux mais, parfois, je me raccroche encore à cette époque et à l'avis de autres. Mais je tâche quand même de vivre ma vie.. Partir loin n'est pas forfément une de mes envies (et encore parfois si) mais je sais ce que je veux et qui je suis. 

Je pense donc que n'importe qui peut trouver un sens à ce livre et se reconnaître en Eléa ou même encore en Farès ou en un autre personnage...

Hâte de commander puis de lire le 2e tome et de lire aussi Débolis Héyavé, le seul autre livre pas encore lu de cette auteure.

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 17:54

4e de couverture: "A l'aube de ses trente ans, Amelia s'épanouit dans sa vie professionnelle, entour&e d'une famille aimante.

La découverte d'un secret, alors qu'elle aide ses parents à déménager, va chambouler cet équilibre: la mémoire du coeur  s'éveille et elle ne peut plus ignorer ses origines qu'elle reniait jusqu'à maintenant.

Amelia décide alors de tout plaquer pour se lancer à la recherche du seul être qui pourra lui apporter les réponses à ses questions... de l'autre  côté de l'Atlantique.

Mais arrivera-t-elle au bout de ce chemin, saine et sauve? N'est-il pas déjà trop tard?"

Mon résumé: Rien de+ à ajouter!

Mon avis:  J'ai déjà lu plusieurs livres d'Anais Weibel (anciennement Anais W.) et je les avais tous adorés. Elle a le don de ses donner à fond pour ses personnages, malgré des sujets forts.

Ici, on suit Amelia, une jeune Parisienne épanouie dans sa vie, malgré son adoption. Mais voilà que ses parents lui apprennent l'existence d'un frère biologique. Et Amelia retourne dans ses "démons" de quand elle avait appris son adoption. Après quelques temps, la voilà lancée seule en Amérique, sur la piste d'Antonio, son frère.

Les termes abordés cette fois-ci (l'adoption, la clandestinité, etc.) ne me concernent pas forcément et pourtant je me suis prise à vouloir savoir si Amelia retrouverait Antonio car, évidemment, elle va effectuer tout un "road-trip" aux USA pour le retrouver. Elle va rencontrer des galères, des peines, des difficultés...

Mais elle pourra compter sur son amie et collègue Myriam et sur son autre collègue Quentin (un des personnages de Juste Puni, un autre livre de cette même auteur) pour la guider, l'épauler, la recentrer,etc.

D'ailleurs, au passage, je trouve ça cool de retrouver deux des personnages principaux de Juste Puni dans un autre livre de cette auteure (Quentin donc et aussi son meilleur ami Matthieu). Surtout qu'on en apprend + sur Quentin, sa famille et le lourd secret qu'ils gardent.

Comme beaucoup de lecteurs de ce livre (le dernier en date de l'auteure), j'ai eu peur qu'Amelia ne retrouve pas Antonio à temps mais ce n'est pas le cas et le passage dans la gare routière est hyper émouvant et touchant.

De toute façon, comme tout livre d'Anais Weibel, je l'ai dévoré, celui-là. Et j'ai, bien évidemment, adoré!

Et ma lecture en cours (hors des emprunts médiathèques) est aussi un Anais W. (commandé en même temps que Le coeur se souvient car j'ai acheté ce dernier lors de sa prévente).

Ah oui, petit +: du coup, je l'ai en version reliée, la classe, non...?

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2020 1 10 /08 /août /2020 15:07

4e de couverture: "[...]Hatteras était debout, immobile, les bras croisés suivant son habitude, muet et regardait l'avenir dans l'espace. Sa figure avait repris sa fermeté habituelle. A quoi pensait cet homme extraordinaire? Se préoccupait-il de sa situation désespérée ou de ses projets anéantis? Songeait-il enfin à revenir en arrière, puisque les hommes, les éléments, tout conspirait contre sa tentative?[...] (extrait)

Dans ce roman, décrit par Théophile Gautier comme étant l'absolue sensation de la réalité, Jules Verne nous fait vivre une extraordinaire aventure dans les régions glaciales du Pôle Nord. Ecrit juste après le succès de Cinq semaines en ballon, ce roman est en réalité le véritable ouvrage fondateur de la série des "Voyages Extraordinaires." "

Mon résumé: Le récit du voyage du capitaine Hatteras et de son équipage, de Liverpool jusqu'au Pôle Nord. Le tout semé d’embûches, de joies, de peines, etc.

Mon avis:  Déjà j’aime beaucoup Jules Verne et j'ai lu beaucoup de livres de cet auteur. Mais celui-ci est peu connu donc je n'ai pas d'a-prioris dessus.

Je l'ai donc commencé il y a quelques mois/semaines et je l'ai fini il y a quelques jours. Et j'ai bien aimé, même si je le trouve différent de la plupart des livres de cet auteur.

Déjà le livre contient deux parties. La première explique le voyage vers le Pôle, les doutes de l'équipage, le fait de ne pas croiser de suite le Capitaine... Cette partie est un peu lente à démarrer car les premières chapitres posent les bases, notamment les instructions du Capitaine et la recherche de l'équipage. Mais, le plus drôle, c'est le fait que l'équipage prenne le chien pour le capitaine.

La deuxième partie marque le voyage des derniers partisans du capitaine vers le Pôle. Il ne sont plus que cinq (dont un Américain sauvé en route). Et on sent peu à peu le fantastique arriver... Car on voit des choses peu connues dans ce coin du globe, du moins à l'époque.

Le livre est pas mal, même si j'ai parfois eu du mal avec les notes de l'éditeur qui a traduit, par exemple, des sommes en livres par des sommes en francs. La préface d'Olivier Sauzereau, cependant, permet de se lancer plus facilement dans ce livre qui est, quand même, un assez gros pavé. Il faut aussi arriver à retenir tous les noms de personnages, notamment ceux des marins dans la première partie. En effet, ils sont quand même assez nombreux.

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 11:06

4e de couverture: "Izumi, jeune mère célibataire, rencontre Chiyoko,lycéenne en classe de terminale, au moment où celle-ci s'apprête; à se jeter sous un train. Quelques jours plus tard, elles feront l'amour sur la terrasse d'Izumi et ne se quitteront plus. Avec le petit Sosûke, le fils d'Izumi, elles trouvent refuge dans un village de montagne, sous le le plus beau ciel étoilé du Japon, où Chiyoko donne naissance à la bien nommée Takara-le-miracle; ils forment désormais la famille Takashima et dressent le pavillon arc-en-ciel sur le toit d'une maison d'hôtes, nouvelle en son genre.

Il y a quelque chose de communicatif  dans la bienveillance et la sollicitude avec lesquelles la famille accueille tous ceux qui se présentent: des couples homosexuels, des étudiants, des gens seuls, des gens qui souffrent, mais rien de tel qu'un copieux nabe ou des tempuras d'angélique pour faire parler les visiteurs! Tous repartiront apaisés. Et heureux.

Pas à pas, Ogawa Ito dessine le chemin parfois difficile, face à l'intolérance et aux préjugés, d'une famille pas comme les autres, et ne cesse jamais de nous prouver que l'amour est l'émotion dont les bienfaits sont les plus puissants.

On réserverait bien une chambre à la Maison d'hôtes de l'Arc-en-ciel!"

Mon résumé: Rien de + à ajouter!

Mon avis:  Livre lu dans le cadre du Bookclub de Mx Cordélia.

Bien que lu bien plus tard, ce livre était celui un des ceux qu'ont devait lire dans le cadre du Bookclub de Mx Cordélia (livre lu vers avril/mai alors que ça devait être celui de mars, je crois).

Et bien, que dire de plus que j'ai ADORE! Les personnages sont grave émouvants, du début à la fin. Surtout la famille de quatre personnes si différentes mais qui s'aiment toujours. Les décors sont magnifiques (ça donnerait presque envie de visiter le Japon et de trouver ce petit village qualifié de "Macchu Picchu japonais" où les étoiles sont magnifiques). 

Et que dire du message de paix, de tolérance, d'amour universel que l'auteur nous offre? Izumi et Chiyoko sont deux femmes bien différentes niveau âges et style de vie quand elles se rencontrent mais elles s'aimeront jusqu'à la fin d'un amour véritable alors même qu'Izuki pensait cela impossible au début. Et elles ont deux magnifiques enfants qui, bien qu'ils ne soient pas vraiment frères et soeurs, s'aiment et se comprennent jusqu'au bout...?

Les chapitres sont assez longs mais ils se lisent vite et puis il faut dire , qu'en + du prologue, il y a quatre chapitres, chacun raconté par un membre de la famille. Au début, on s'y perd un peu, on se demande si c'est bien le cas mais au final c'est génial et on adore ça!

Pour finir, je voudrais citer une phrase issue du début du 2e chapitre: "Une famille  n'en est pas une dès le départ, elle le devient avec le temps, jour après jour, à force de rires, de colères et de pleurs.".

Un livre à lire si vous aimez le Japon ou même à lire tout court si vous aimez lire ;) !

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2020 6 20 /06 /juin /2020 10:41

4e de couverture: "Lorsque débute leur vie commune, Alain et Camille sont deux amis d'enfance que tout en apparence rapproche. Mais leurs secrètes rêveries les divisent. Ce que Alain aime en Camille , c'est une beauté idéalisée, faite d'immobilité et de silence. Aussi est-il déconcerté par son exubérance. Comme l'arrivée d'une saison nouvelle, la découverte de leur intime division le met à la merci d'autres rêves.

Et c'est alors que le drame se noue. La chatte Saha sera désormais pour Alain la chimère sublime qui domine sa vie et pour Camille la rivale détestée contre laquelle aucun procédé n'est trop brutal.

Avec une maîtrise et une sobriété sans égales, Colette a composé, en suivant les règles de l'art classique, une véritable tragédie d'amour à trois personnages."

Mon résumé: Rien de + à ajouter!

Mon avis:  Encore un livre qui parle de chat qui m'a été offert pour son titre...

Cette fois, mon avis sera un peu plus mitigé. Parce que les personnages humains sont vraiment très caricaturaux (surtout les deux personnages principaux, avec leur jeunesse et leur amour idéalisé) mais que, à côté de ça, la chatte Saha est un personnage à part entière du livre, un personnage qui marque la jalousie de Camille et l'amour d'Alain pour une autre.

Tout ça est très bien expliqué dans la préface qui m'a aidé à mieux apprécier ma lecture.

Les chapitres sont assez longs mais ils se lisent facilement. Seul défaut, selon moi: il n'ont ni numéro ni titre de chapitre.

Au fil du livre, on sent bien que Camille se sent délaissée pour la chatte . La scène où elle tente de la tuer en la jetant du haut de l'appartement en est, d'ailleurs, le point culminant. Et on sent aussi qu'elle tente de s'approcher à Alain qui, peu à peu, ne veut plus d'elle...

Bref un livre assez sympa à lire mais sans plus!

 

Partager cet article
Repost0
13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 11:16

4e de couverture: Un passage issu du début du livre

Mon résumé: Une histoire de couple de vieilles personnes qui se hait mais continue à vivre ensemble. Tout ça à cause d'un chat et d'un perroquet. 

Mon avis: On se doute bien, vu le titre, de pourquoi on m'a offert ce livre, si on me connaît bien. En effet, les chats sont mes animaux préférés.

Eh bien, pour une fois, malgré le titre, le livre m'a déçu. L'histoire part dans tous les sens (on vit plusieurs périodes, qui se mélangent de trop). Les personnages ne sont pas hyper intéressants, même si très bien travaillés. En effet, les vieux sont bien aigris et ça se sent. Et les autres personnages ont tous leurs propres personnalités mais on ne les voit que peu. Et puis j'ai trouvé bête que le couple de vieux ne se parle plus que par papiers interposés... Dont beaucoup ne disent que "le chat" ou "le perroquet", les deux animaux à l'origine de leur première dispute.

Et la fin est bien trop incompréhensible, selon moi.

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 09:14

Livre lu dans le cadre du bookclub de Mx Cordélia

4e de couverture: "Si nous étions en Iran, cette salle d'attente d'hôpital ressemblerait à un caranvansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s'enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns du passé la rattrapent pour faire défiler l'étourdissant diaporama de l'histoire des Sadr sur trois générations: les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l'adolescence, l'ivresse du rock, le sourire voyou d'une bassiste blonde...

Une fresque flamboyante sur la mémoire et l'identité; un grand roman sur l'Iran d'hier et la France d'aujourd'hui. "

Mon résumé:  Kimiâ est la dernière de la fratrie Sadr, composée de trois filles. A travers ce livre, elle nous parle de sa famille sur plusieurs générations: d'abord en Iran, puis en France. Elle nous livre les affres de ses parents puis les siens, le tout depuis la salle d'attente 'une hôpital parisien où elle attend.

Mon avis: J'ai lu ce livre, en octobre, dans le cadre du bookclub de Mx Cordélia (explications ici, si besoin:  https://www.youtube.com/watch?v=H4FWNbj02Js ).

Alors je ne connaissais ni le livre, ni l'auteur. 

Pourtant, je me suis laissée embarquée, même si c'est difficile de tout suivre car l'auteur fait sans cesse l'aller-retour entre le passé et le présent, entre sa vie passée et sa vie présente.

Il y a pas mal de personnages (une liste des principaux est là à la fin du livre, le problème, c'est que, moi, je l'ai découvert qu'à la fin de ma lecture). Tous ont leur vie, leurs difficultés, leurs amours... Et, même si la plupart sont des des Iraniens, on se sent proche d'eux.

D'ailleurs, ce livre m'a aussi permis d'en savoir plus sur l'Iran et sa situation passée et actuelle.

Un petit livre qui m'a bien  plu, quoi!

 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2019 5 19 /04 /avril /2019 14:49

4e de couverture: "Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes qui tout oppose: Sara Linqvist, jeune suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l'Iowa. 

Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l'invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l'attend: Amy est décédée; Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque... grâce aux livres."

Mon résumé:  Sara Linqvist, jeune suédoise qui vient de perdre son travail de libraire, débarque à Broken Wheel, un petite ville de l'Iowa, aux USA. Sur invitation de son amie (du moins amie épistolaire) Amy Harris. En débarquant, elle apprend sa mort. Pourtant, elle se décide à rester dans cette communauté très diverse et spéciale. Elle y monte même une librairie.

Mon avis: Ce livre m'a été offert par mes parents à mon anniversaire (en mars).

Je ne connaissais que de nom et pourtant, une fois commencé, je n'ai pas pu arrêter, je l'ai vraiment dévoré. De toute façon, un livre sur les livres et une passionnée de livres, comment ne pas résister pour une amoureuse des livres?

Ce petit village, avec ses habitants si excentriques, est génial et on adore lire les intrigues de cette ville et de ses habitants. George l'alcoolo qui a perdu sa femme et sa fille mais ne désespère pas de les revoir, Caroline la catholique un brin trop catho, Andy et Carl le couple de gays... Bref une série de personnages bien caractéristiques mais tellement attachant.

Et que dire de Sara? Déjà son prénom a déjà quasi' le même que le mien et elle me ressemble beaucoup: pour elle, les livres, c'est mille fois mieux que la vie. Pourtant, la vie finit par la rattraper. Et elle mixe le tout, grâce à la librairie qu'elle ouvre en ville et qui unit tous les habitants de la ville.

Et, grâce aux lettres entre elle et Amy qui sont aussi retranscrites dans ce livre, on découvre peu à peu leur rapport aux livres et entre elles aussi. 

Allez, un de mes coups de coeur de cette année <3 !

(ah oui, juste, je ne sais pas pourquoi ça a été traduit par "Bibliothèque des coeurs cabossés" alors qu'elle ouvre une librairie^^) 

 

Partager cet article
Repost0